<

3 bonnes raisons de dire: “C’est à cause de l’Arbitre!”

Publié par Anthony Fort dans la Tête le

Sur ce billet, je te propose 3 bonnes raisons pour te déculpabiliser d’une défaite et dire: “j’ai perdu à cause de l’arbitre!”

Lorsqu’un joueur de niveau modeste rencontre un joueur de haut-niveau. Il est normal que le meilleur joueur remporte la rencontre. Cependant,  il n’est pas rare que le moins bon alloue sa défaite à une autre cause que son niveau de compétence ou son effort.

Cela se déroule ainsi simplement car les causes d’un résultat influencent les émotions, les sentiments, la motivation, la confiance et par conséquent les actions futures du sportif.

Arbitre de Baseball ou Football US, en pleine observation pour éviter que les joueurs ne justifient une édaite en disant: "c'est à cause de l'arbitre".
Arbitre en pleine observation
pour éviter d’entendre le fameux,
“C’est à cause de l’arbitre!”

Ici, tu vas découvrir les éléments qui découlent de ta perception de la défaite et les causes auxquelles tu adjuges tes résultats sportifs. Enfin, je te proposerai 3 bonnes raisons de culpabiliser l’arbitre de ton échec.

Les effets de ta perception de la défaite

Un échec ou une défaite entraîne des émotions à différents niveaux.

Dans un premier temps, on parle d’émotions indépendantes. C’est lorsque tu ressens de la déception, parfois de la tristesse… par le simple fait d’avoir perdu une rencontre.

Puis lorsque tu penses aux causes de ta défaite, surgissent des émotions dépendantes de ta façon de percevoir les éléments responsables de ta défaite. C’est là où tu peux ressentir une diminution de ta fierté, voir de l’estime de soi, ou encore de la honte, de la colère, du désespoir, …

La théorie de l’attribution causale

En psychologie du sport, on considère que la perception qu’a un sportif sur la cause du résultat de sa performance est liée à la façon dont il se voit. Une théorie s’est développé autour de cette perception de l’attribution du succès ou de l’échec. Elle est appelée la théorie de l’attribution causale. Autrement dit,  à quoi tu attribues les causes de ta défaite ou de ton succès.

En 1958, Fritz Heider regroupe les causes d’un résultat en 2 catégories composées chacune de 2 sous-catégories :

  • Résultat attribué à ses forces personnelles, (moi je préfère utiliser le terme de “cause interne”):
    • soit à son propre effort
    • et/ou à ses compétences
  • ou résultat attribué aux forces de l’environnement, (“cause externe”):
    • c’est-à-dire à la facilité ou la difficulté d’une tâche à accomplir
    • ou encore à la chance

Alors,  quand tu as perdu, c’est …

  • à cause de l’arbitre, ou d’une blessure, …
  • parce que tu n’as pas eu de chance,
  • car tu ne t’es pas donné à fond,
  • parce que tu ne maîtrises pas un geste. 
Arbitre de Volley, susceptible d'être culpabiliser de la défaite d'une équipe ou d'une faute d'un joueur.
Arbitre de Volley, à l’affût des fautes qui peuvent être commises.

Dans les lignes qui suivent, je te propose de réfléchir sur des éléments qui construisent ta perception d’un échec. Cependant, tu peux aussi réfléchir aux éléments qui battissent ta perception de tes propres succès.

Première bonne raison pour laquelle tu préfères dire “c’est la faute de l’arbitre”: Le lieu de causalité

Lorsqu’une défaite se produit, après les premiers sentiments de déception, tu détermines (consciemment ou non) si tu es responsable de celle-ci. Comme j’explique plus haut, si tu t’en crois responsable, alors on parle d’une cause interne. Si tu attribues ton échec à autre chose, on parle de cause externe.

Dans ce cas, ta défaite est causée par l’arbitre. Donc, tu ressens la déception de ta défaite (indépendante de ta perception de la cause). Cependant, tu es protégé des émotions négatives dépendantes des raisons de l’échec car tu as attribué l’erreur à l’arbitre.

En raisonnant de cette manière, tu développes une stratégie d’auto-complaisance et tu prends soin de ton ego.

Toi, tu n’y es pour rien c’est un élément extérieur qui a fait le choix du résultat sportif.

Deuxième bonne raison pour laquelle tu préfères dire “j’ai perdu à cause de l’arbitre”: La Contrôlabilité de la cause

Cette dimension de la théorie de l’attribution causale fait référence à la capacité de l’athlète à contrôler la cause du résultat. Pour notre exemple, c’est la décision de l’arbitre qui est à l’origine de la défaite. Par conséquent, toi, sportif, tu n’as que très peu de contrôle sur les décisions de l’arbitre, si ce n’est ton comportement sportif, ton attitude, …

Si tu considères que ton comportement est adapté à ta recherche de performance, le choix et la décision de l’arbitre de proclamer ton adversaire vainqueur est hors de ton contrôle. Tu te sentiras certainement en colère, surpris ou stupéfait par cette décision. Cependant, en percevant la cause du résultat comme incontrôlable, tu te protèges de sentiments de la honte, de la culpabilité ou bien même tomber dans un état dépressif, qui peuvent s’exprimer si tu perçois la cause comme contrôlable.

Troisième bonne raison pour laquelle tu préfères dire “c’est la faute de l’arbitre”: La Stabilité de la cause

La stabilité de la cause fait référence à la perception de constance d’une cause pour un résultat. Si de ton point de vue, l’arbitre ou l’ensemble des arbitres ont fait une erreur qui fausse le choix du vainqueur, il est probable qu’ils ne la renouvellent pas à l’avenir. Ou encore, il est possible de croire qu’avec un arbitre différent, le résultat serait également différent.

Par conséquent, si tu désignes l’arbitre comme étant ponctuellement responsable d’une défaite, tu vas développer un sentiment d’espoir pour les futures épreuves.

Cox (2005) partage l’idée qu’il est préférable d’attribuer ton échec a une cause instable comme l’effort ou la chance. Cette stratégie est génératrice d’espoir.
Et en attribuant ton succès à tes compétences et à la difficulté de la tâche, tu améliores ta confiance

En conclusion, j’interprète les évolutions de la théorie de l’attribution causale de Bernard Weiner (1972, 1979, 1985) par rapport à une défaite, de la manière suivante. Ton attribution d’un échec à une cause externe, incontrôlable et instable est salutaire. Elle permet de te protéger des émotions négatives, d’une baisse d’estime de soi et du désespoir provoqués par ta défaite.

Maintenant, serais-tu capable de t’exposer mentalement, en prenant conscience des éléments nécessaire à ta progression? En considérant les causes internes, les éléments contrôlables et stables dans le temps? Dans le but d’améliorer ta performance et optimiser tes résultats? Il deviendrait gênant de tomber dans le refus d’assumer la vérité et/ou ses responsabilités.

Cette stratégie de défense de l’ego et l’auto-estime ne serait-elle pas en contradiction avec les 7 caractéristiques de la Force Mentale?

Attention

J’utilise l’attribution de la défaite à une erreur de l’arbitre parce qu’elle est couramment utilisée par les sportifs. Cependant, je précise que je l’utilise à des fins d’étayer une stratégie de protection psychologique d’un individu en situation d’échec.

En aucune mesure, je ne défends les comportements irrespectueux envers le corps arbitral ou les membres des organisations. Et cela même s’ils sont également confronter à la possibilité de commettre des erreurs.

Voilà, je t’invite à partager cet article à tous tes amis Arbitres et j’en profite pour saluer leur rôle indispensable dans la pratique compétitive.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    162
    Partages
  • 162
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

caro drouart · 20 juillet 2020 à 15 h 46 min

Bonjour Anthony,
bel article qui illustre bien les différentes épreuves que l’on peut affronter dans la vie, tout à fait évident au niveau du sport mais aussi dans d’autres situations,
tes raisons expliquent bien ces phénomènes de protection.

    Anthony Fort dans la Tête · 20 juillet 2020 à 16 h 31 min

    Merci Caro pour ton commentaire.
    En effet, je m’intéresse spécialement au sport et la compétition. Cependant cette théorie illustre bien d’autres domaines où l’on peut parfois être soumis à une situation d’échec dont on préfère rejeter la responsabilité par simple besoin de ce protéger. Tu as tout à fait raison.

Partage ici ton expérience sur le sujet, laisse un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu es libre de recevoir ma méthode pour construire un carnet d'entrainement et améliorer tes performances sportives.

%d blogueurs aiment cette page :